Accéder au contenu principal

Va te laver les mains avant de passer à table !







Bonjour,

« Va te laver les mains avant de passer à table ! » Combien de fois ai-je entendu cette phrase dans mon enfance ? À l’époque, la propreté était surtout une forme d’éducation et, a contrario, la saleté n’avait pas le caractère redoutable qu’elle a aujourd’hui. Mais le monde change et désormais nous sommes persuadés que la saleté regorge de bêtes malfaisantes : des bactéries, des acariens, des germes, des virus, des moisissures, des allergènes… Ce qui relevait des conventions sociales a insensiblement basculé dans le camp de la médecine.

Du coup nous astiquons, nous désinfectons, nous stérilisons… à tout propos... En période d’épidémie de grippe, c'est pire. De toutes parts surgissent des annonces, des avertissements, des recommandations plus ou moins comminatoires pour nous convaincre de nous enduire de savons antibactériens, de solutions hydroalcooliques, de gels antiseptiques. Pendant que, tout au long de l’année, on nous vante un arsenal d’armes surpuissantes qui protégeront notre intérieur et nos enfants de la souillure : des décapants ultra-corrosifs, des nettoyants pour sols antiseptiques, des lessives détergentes, des lingettes antibactériennes, des aérosols antiacariens, des peintures antimicrobiennes… Et surtout, lavons-nous les mains, cinq à six fois par jour, au moins ! Nous vivons dans une véritable bulle sanitaire, dans un nuage antibiotique.

Chez l’homme moderne, cette manie du propre, du stérile, du lessivé, n’est pas loin d’être une obsession, car elle conditionne aussi beaucoup de ses actes quotidiens. C’est à cause d’elle que nous choisissons les tomates bien rondes, sans défaut et calibrées que l’on vend dans les supermarchés, c’est elle qui nous pousse à préférer les aliments raffinés et bien blancs (sucre, sel et farine) aux aliments complets. C’est elle, enfin, qui fait que l’on hésite à fréquenter les transports en commun et, plus généralement, qui nous incite à nous tenir à distance de nos semblables.

Nous croyons ainsi nous protéger. Or, c’est tout le contraire qui se produit, car le génocide bactérien n’épargne pas les micro-organismes qui vivent en symbiose avec nous et dont nous avons oublié qu'ils nous protègent. Seuls les super-microbes, les plus agressifs, sont armés pour résister à notre folie de nettoyage. Les gastros à répétition, les asthmes récidivants, les allergies saisonnières et la plupart des problèmes de santé dus à un dérèglement du système immunitaire trouvent leur source dans cette obsession de la propreté.

Le pire est que nous appliquons maintenant implacablement nos préceptes à nos enfants, dès le berceau. On sait pourtant qu’un bébé doit être exposé aux germes et aux poussières durant sa première année (tout spécialement lorsqu’il est protégé par le lait maternel) afin de développer les anticorps nécessaires à la lutte contre les infections plus tard dans sa vie. C’est ainsi que nous devrions le protéger, mais on préfère le faire reluire comme un sou neuf.

Bien sûr, cet éloge de la saleté ne fait pas l’affaire de nos fabricants de savons et de produits ménagers, mais faut-il les plaindre ? On sait maintenant que les plus importants d’entre eux (Colgate, L'Oréal, Unilever, Procter & Gamble, Johnson, Henkel, Reckitt…) se sont mis d’accord secrètement pour augmenter le prix de tous ces « anti-quelque chose » sans se faire concurrence. C'est nocif et c'est cher en plus... C’est du propre !


Alexandre Imbert





Prenez soin de vous.

















Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Le cocktail de Jarvis

Un remontant à faire soi-même. Bonjour à vous tous,

Il y a quelques temps, un article m'est parvenu et j'ai décidé de le conserver. Cet article s'intitule : Le cocktail de Jarvis.

Jarvis ?! Qui est ce Jarvis et quel cocktail a t'il bien pu réaliser ? Sans doute sont ce les questions que vous vous posez à cet instant ? Eh bien voici les réponses. Et vous vous rendrez vite compte quelles ne manquent pas d'intérêt... et à plusieurs titres !

Pour commencer, c'est au médecin DeForest Clinton Jarvis que l'on doit la découverte des vertus préventives et curatives du vinaigre de cidre. Cet ophtalmologiste et otorhinolaryngologiste a exercé jusqu'en 1945 au nord de New York, dans le Vermont.
On lui prête le pouvoir de « ralentir » le corps et de lutter contre les « maladies de l'énergie ». Entendez des « emballements » de l'organisme qui se traduisent par fatigue chronique, hypertension, accidents cardiaques, ulcères gastriques et intestinaux, obésité, …

Comment choisir son magnétiseur ?

Le plus simple, c’est de se fier au bouche-à-oreille, (un parent, un ami ou une connaissance qui recommande un praticien à son prochain) c’est un bon indice pour déterminer les qualités de votre magnétiseur, et un bon gage de qualité. 
Cependant aujourd'hui, tout se digitalise. Les méthodes de recherche de la part des consultants se modifient. Ils passent désormais par internet pour se renseigner. Toutefois, comme dans toutes les professions, il existe des personnes plus ou moins fiables. Pour éviter toute déception, il y a plusieurs indices :
Tout d’abord, ne faites pas confiance à ceux qui font des promesses irréalisables. Par exemple, le magnétisme n’aura pas de résultat sur certaines maladies, comme la sclérose en plaque, le cancer, le sida. Toutefois des séances peuvent malgré tout constituer un bon accompagnement dans votre processus de soin, mais en aucun cas le magnétisme ne pourra les guérir 
L’autre indice à prendre en compte c’est vous. Faites-vous confian…

Dopez votre cerveau

Par Jean-François Astier, avec la rédaction - le 16 février 2016
Il est tout à fait possible, avec un peu de vigilance, d’avancer en âge sereinement, en gardant toute sa tête ! Mais cela ne se décrète pas quand apparaissent les premiers symptômes d’Alzheimer, Parkinson, ou autres.

Le cerveau lui aussi s’entretient et peut même ainsi se régénérer.

Lire la suite sur Plantes & santé

Prenez soin de vous

Magnétiseur Marseille